©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès
©Tristan Jeanne-Valès

LA CHANSON DE ROLAND

Durée

- en création-

Infos techniques 

sur demande

Les aventures du furieux paladin telles que racontées par son écuyer le très foireux Turold

Geste septième : Roncevaux

Un spectacle de Jean Lambert-wild, Lorenzo Malaguerra & Marc Goldberg

Avec Jean Lambert-wild et Chipie de Brocéliande

"Comte Roland avec ardeur combat, Mais son corps sue et de chaleur s’embrase. Son crâne endure et douleurs et grands affres : Sonnant le cor, il s’est fendu les tempes." 

Jean Lambert-wild prend les habits de Turold, l’écuyer de Roland, pour nous conter la mort du fameux paladin à la bataille de Roncevaux. Parce que la poésie n’est pas composée pour être lue au coin du feu, ou dans des manuels scolaires, mais pour brûler par sa profération et nous tenir en haleine jusqu’à son dernier vers, il s’approprie ce récit mille fois chanté et transformé dans les cultures orales et populaires du Moyen-Âge. Accompagné d’un improbable compagnon, une ânesse du Cotentin, nommée Chipie de Brocéliande, il nous transporte en ces temps immémoriaux où les félons trahissent, où les chevaliers combattent, où le roi venge ses vassaux. Cette adaptation propose une nouvelle traduction de la célèbre Chanson de Roland du XIème siècle et puise également dans d’autres sources anciennes ou classiques qu’elle détourne et renouvelle à la fois, fidèle en cela à l’esprit des jongleurs. Afin de faire résonner toute la vitalité du destin de Roland, ce spectacle fait appel à l’esthétique goguenarde et poétique du cirque et des troubadours pour renouer avec la liberté, l’impertinence et l’humour qui ont marqué les multiples récits consacrés à ce destin hors du commun. 

 

Retour aux premières sources de la poésie dramatique française pour le clown Gramblanc. Le voici aux prises avec un texte fondateur, une épopée mille fois remaniée et mille fois oubliée : Le récit de la mort de Roland.
Avant d'être exhumée au XIXème siècle et présentée aux élèves sous la forme plus ou moins momifiée du plus ancien texte littéraire en français, l'histoire de Roland s'est élaborée et s'est chantée, de génération en génération, dans la culture orale et populaire du Moyen Age. 
Si on y entend bien de longs passages du texte ancien, dans une langue modernisée mais fidèle aux cadences et à la poétique médiévales, certains extraits de récits postérieurs (comme le Roland Furieux) sont incorporés pour relater le destin de Roland. Reprenant la tradition des troubadours jongleurs qui donnaient voix aux chansons de geste, un clown blanc, écuyer de Roland, porte le récit, accompagné de son improbable compagnon, une ânesse nommée Chipie de Brocéliande. Sans aucune nostalgie pour un passé hors d'atteinte, ce spectacle renoue avec la force roborative et l'inspiration joviale qui, du Moyen Age aux grands clowns, a caractérisé la haute culture populaire.
Aujourd'hui, vêtu de son pyjama,  Jean Lambert-wild s’exposera, en joyeux enragé, à cette langue rocailleuse, verte et torrentielle du XIème siècle, ici adaptée pour en favoriser l'écoute sans en perdre la nature. Nous revivrons l'action avec lui, que le récit traverse et transporte là où les félons trahissent, là où les chevaliers combattent, là où les héros meurent, là où le roi venge ses vassaux. Car la poésie épique n'est pas composée pour être lue au coin du feu ou dans des manuels scolaires, mais pour brûler par sa profération, et nous tenir en haleine jusqu'à son dernier vers. 

Traduction et Adaptation Marc Goldberg & Jean Lambert-wild Direction Jean Lambert-wildLorenzo Malaguerra & Marc Goldberg

Avec Jean Lambert-wild et Chipie de Brocéliande / Ecuyère-comédienne Aimée Lambert-wild / Musique Bernard Amaudruz  / Scénographie Jean Lambert-wild / Lumière Renaud Lagier / Costumes Annick Serret-Amirat / Régie générale Vincent Desprez / Signature Jean Lambert-wild

Production déléguée Théâtre de l’Union – Centre Dramatique du LimousinCo-production Le Sirque -Pôle national des arts du Cirque de Nexon Nouvelle Aquitaine, Théâtre du Crochetan –Monthey (Suisse)Avec le soutien du Centre équestre Mané Guernehué de Baden

La Chanson de Roland sera créée du 27 mars au 3 avril 2020 au Théâtre de l’Union – Centre Dramatique National du Limousin (France)