©Guillaume Perret
©Guillaume Perret
©Guillaume Perret
©Guillaume Perret
©Guillaume Perret
©Guillaume Perret

NOUS, LES HÉROS

de Jean-Luc Lagarce d’après le journal de Franz Kafka

Comédie mélancolique à 10 comédiens pour régler nos comptes avec nos indécisions, nos enlisements et

nos rêves contrariés. Un peu de chant des balkans et un tirade d’anthologie pour répondre à Kafka et à

l’ambiance actuelle, car il y a une réponse dans le fait d’être conséquent avec ce que l’on est.

Avec : David Casada, Fanny Duret, Olivier Gabus, Adrien Gygax, Anna Pieri, Raymond Pouchon, Thierry

Romanens, Anne-Catherine Savoy, Christian Scheidt, Marie Faivre ou Juliette Rose Fallet (en alternance)

Il arrive que le monde aille si mal qu’il nous somme de réagir, de nous investir, de prendre au moins position. Mais parfois, on ne veut pas. On préfère se retirer, quitte à se sentir seul et coupable. Cet étrange sentiment d’impuissance et d’isolement, Jean-Luc Lagarce le partageait avec Franz Kafka: c’est le point de départ de Nous, les héros, que le dramaturge français écrit au début des années 1990 en s’inspirant du Journal de

l’écrivain tchèque. À son tour aujourd’hui, Robert Sandoz rejoint cette fraternité mélancolique. Devant notre monde qui paraît s’approcher du gouffre un peu plus chaque jour, le metteur en scène ressent l’envie de se retirer, de s’éloigner, de s’isoler. Après une représentation qui, comme d’habitude, s’est mal passée, les comédiens d’une troupe de théâtre se retrouvent pour une soirée un peu spéciale: la fille des patrons de la troupe va épouser le jeune premier de leur pièce. L’intrigue n’a cependant pas grande importance chez Jean-Luc Lagarce. Tout est dans la parole, profonde et remuante comme une houle. Tout est dans cette manière qu’ont les personnages de reformuler vingt fois ce qu’ils ont à dire, au point de s’y perdre et de conclure à l’impossibilité de se connaître soi-même. Fatigués de ne plus savoir à quoi ils servent, les héros de cette comédie nostalgique se cherchent une nouvelle place dans le monde. Robert Sandoz leur donne vie avec la simplicité, la sincérité et l’intelligence qu’on lui connaît.

Disponibilités 

9 nov au 15 déc 2019

Dès 

12 ans

Durée

2h

Jeu

au 5ème service

Nb de personne(s) en tournée

12

Profondeur de plateau

7 m

Largeur de plateau

8 m

Hauteur sous perches

5,5 m

En collaboration avec Sourd&Culture, ce spectacle peut-être proposé avec une interprète en langue des signes. 

Particularité

Auteur : Jean-Luc Lagarce d’après le Journal de Franz Kafka / Metteur en scène : Robert Sandoz / Scénographie et accessoires : Nicole Gredy / Lumière : Harold Weber / Costumes : Anne-Laure Futin / Musique et univers sonore : Olivier Gabus / Maquillage et coiffure : Nathalie monod / Régie générale et régie lumière : Amandine Baldi Construction décor : Valère Girardin / Réalisation costume : Verena Dubach, Pauline Kocher, Charline Faivre / Graphisme : Contreforme Sàrl / Photographie : Guillaume Perret / Administration : Nina Vogt / Production: L’outil de la ressemblance / Coproduction : Théâtre Populaire Romand La Chaux-de- Fonds, La Plage des Six-Pompes La Chaux-de-Fonds

Dates passées et prévues : 18-21/04/2018, L’Heure Bleue, La Chaux-de-Fonds / 22 et 23/11/2018 ThéâtreBenno Besson , Yverdon, 4 12 2018, Forum Meyrin / 14/12/2018, CO2, Bulle / 16/12/2018, Forum St-Geroges, Delémont

L’outil de la ressemblance est bénéficiaire d’un contrat de confiance avec les Villes de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel ainsi que d’un partenariat avec le Canton de Neuchâtel. Le spectacle Nous, les héros reçoit le soutien de la Loterie Romande, de Pro Helvetia – Fondation Suisse pour la culture, du Canton de Neuchâtel, de la Ville de Neuchâtel, de la Ville de La Chaux-de-Fonds, de la CORODIS, de la Fondation culturelle de la BCN, de la Fondation du Casino de Neuchâtel, de la Fondation suisse des artistes interprètes (SIS) et du Fonds d’encouragement à l’emploi des intermittents genevois (FEEIG)